Pathologies des hanches

Pathologies des hanches

Les hanches sont les articulations fondamentales de la marche et du changement des mouvements de posture de l’être humain. Etant leur emplacement entre le fémur ou l’os de la cuisse et la cavité articulaire du bassin ou encore la cotyle, ces articulations jouent un rôle primordial dans la synchronisation des différents mouvements du corps. Leur mobilité est assurée par le cartilage couvrant la tête sphérique du fémur et celle hémisphérique de la cotyle. De plus, la présence du liquide articulaire renforce la mobilité des hanches et alimente le cartilage lui-même.

Malgré leur forte mobilité, ces articulations sont naturellement stables et leur stabilité est renforcée par des forts ligaments qui leur sont attachés.

En outre, les hanches, et comme tout autre composante du système ostéomusculaire, sont sensibles à différentes maladies et pathologies articulaires compromettant le fonctionnement de ces articulations et la mobilité du corps humain en général.

Parmi ces maladies nous citons à titre indicatif :
- Les maladies inflammatoires : ces pathologies peuvent toucher les personnes à n’importe quel âge. Certaines inflammations des hanches peuvent être les symptômes de maladies graves ou persistantes tel le cancer et l’arthrose. D’autres inflammations sont liées à des maladies bénignes et sans impact ni séquelle sur l’articulation tel est le cas du rhume de la hanche.
- Les pathologies inhérentes à des activités spécifiques : certaines activités, principalement le sport, peuvent avoir un grand impact sur la santé des hanches. En effet, plusieurs sportifs sont vulnérables, bien plus que les personnes normales, aux risques de fracture des hanches et/ ou d’autres maladies comme le conflit fémoro- acétabulaire. Cette dernière maladie se caractérise par la croissance osseuse massive sur la cotyle de la hanche ou sur la tête du fémur. De même, les lésions du labrum de la hanche sont des maladies fréquentes chez les sportifs et sont de différents degrés de gravissime. Certaines lésions sont guéries par la physiothérapie, les antalgiques et les anti-inflammatoires ou par la thérapie physique, d’autres par contre exigent l’intervention chirurgicale.

Ces maladies, et bien d’autres, infligent, outre la réduction de la mobilité, des douleurs de sévérité variable aux patients sujets. Certaines parmi elles entrainent la dégradation progressive et irréversible de la hanche. En ce sens, l’intervention chirurgicale pour l’implantation d’une prothèse au niveau de la hanche devient la solution unique lorsque les thérapies et les traitements par médicaments s’avèrent impuissants devant l’acharnement de la maladie.

Cette intervention est réalisée sous anesthésie totale et consiste à remplacer la hanche par une prothèse artificielle jouant le rôle d’articulation au lieu de la naturelle abimée. Cette articulation artificielle est composée d’une partie acétabulaire et d’une composante fémorale.

L’intervention chirurgicale d’implant de prothèse totale de la hanche requiert une durée d’hospitalisation variable selon chaque cas mais généralement ne dépasse pas les quatre jours pour les cas normaux.

En outre, la période postopératoire est délicatement primordiale pour la réussite de l’implant de la prothèse totale de la hanche. En effet, et de part la vitalité des hanches pour la marche et les mouvements généraux du corps, il est toujours exigé aux patients sujet de l’implant de prothèse d’avoir des séances de réhabilitation auprès d’un kinésithérapeute et de reprendre progressivement et attentivement le cours normal des activités physiques.


Laissez un commentaire




Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.