Ligament croisé : rupture, chirurgie et rééducation

Ligament croisé : rupture, chirurgie et rééducation

Les ligaments sont des haubans élastiques qui se trouvent à l’intérieur du genou et qui maintiennent le contact entre les surfaces articulaires. Leur fonction principale est d’assurer la stabilité du genou. Une entorse ou une rupture causée par des accidents engendrent l’instabilité du genou mais peuvent aussi occasionner des lésions. La rupture du ligament croisé antérieur, qui se situe à l’intérieur de l’articulation, est le traumatisme le plus connu. Ce dysfonctionnement nécessite un traitement chirurgical, ou une ligamentoplastie.

Tout savoir sur la rupture du ligament croisé :

La rupture du ligament croisé est une entorse qui cause le déchirement des tissus au niveau du genou. Ces tissus, à savoir la capsule articulaire, les muscles, les tendons et les ligaments, sont caractérisés par leur élasticité. En dépassant leur limite élastique, ces éléments se déchirent. Ces cas de figure sont dus à des ruptures traumatiques à savoir l’hypertension ou la torsion du genou.

Généralement, ces chocs parviennent lors d’évènements sportifs, de chute… La laxité de l’articulation est traduite par une instabilité du genou. Cette pathologie, notamment la rupture ligamentaire complète du ligament croisé antérieur, est devenu un problème très fréquent surtout chez les sportifs ou ceux qui pratiquent des activités physiques sans mesures de prévention. Mise à part l’instabilité du pied, le dérobement du genou cause des douleurs. Selon la gravité du choc, le patient peut être atteint par une entorse du ligament latéral interne ou une luxation du genou.

En quoi consiste le traitement chirurgical ?

Suite au traumatisme, l’entorse ou la rupture se manifeste par un craquement, un gonflement, des douleurs et une instabilité voire un blocage au niveau du genou. Les entorses graves, précisément ceux du ligament croisé antérieur, peuvent entraîner une dégradation progressive du genou, des lésions ainsi que l’atteinte des autres structures ligamentaires. Les traitements administrés ont pour objectif de limiter les séquelles et réduire l’instabilité du genou et leurs conséquences sur les autres parties.

La chirurgie constitue une méthode radicale pour traiter de façon fonctionnelle la rupture du ligament croisé antérieur. En effet, ce type d’atteinte cicatrise mal et a des conséquences néfastes. Arthrose, dégradation des surfaces articulaires et osseuses, les lésions du cartilage ainsi que d’autres pathologies peuvent se manifestées si l’on ne traite pas efficacement la rupture du ligament croisé antérieur.

La chirurgie, appelée également ligamentoplastie, a pour but de remplacer le ligament endommagé par un transplant que le chirurgien prélèvera sur le genou. L’intervention s’effectue sous arthroscopie, c’est-à-dire en faisant entrer une caméra à l’intérieur du genou pour réaliser le remplacement. L’arthroscopie permet d’avoir une meilleure vision et de traiter les éventuelles lésions causées par la rupture.

Résultats et suites opératoires :

Le recours à la ligamentoplastie a souvent de très bons résultats cliniques à savoir la disparition des douleurs, la reprise de l’activité sportive, la stabilité du genou… L’intervention en elle-même est généralement simple. La durée de l’hospitalisation est de 3 jours. Pour avoir d’excellent résultat fonctionnel, notamment réduire la restriction de la mobilité du genou et reprendre naturellement son usage, il faut respecter les règles du post-opératoire.

Des séances de kinésithérapie sont obligatoire, la marche avec des cannes est envisageable surtout pour les 3 premières semaines. Au début, il faut surtout soulager le genou et éviter qu’il porte le poids du corps afin qu’il récupère rapidement. Par ailleurs, les mouvements de flexion et d’extension doivent êtres travaillées.


Laissez un commentaire




Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.