Lien statistique entre coronavirus et groupe sanguin

Lien statistique entre coronavirus et groupe sanguin

Le nouveau coronavirus

continue sa propagation rapide partout dans le monde, et le nombre de cas infectés et de personnes décédées ne cesse d’augmenter. C’est pourquoi il faut essayer de cerner cette pandémie en effectuant quelques recherches.

Certaines recherches ont été menées par une équipe de chercheurs chinois. Les résultats obtenus ont montré l’existence d’un groupe sanguin particulier qui est beaucoup plus vulnérable face au virus Covid-19. D’ailleurs, ce travail de recherche a été publié par le site Medrxiv.org .

Certains patients manifestent des symptômes beaucoup plus accentués comparés à d'autres personnes ayant contracté le Covid-19. Par ailleurs, il s’est avéré que les personnes ayant un groupe sanguin O, sont toujours les moins affectées. Puisque ce groupe sanguin est le plus répandu, ce phénomène peut freiner considérablement la progression de la maladie.

Le risque de contamination par le Covid-19 varie en fonction des groupes sanguins

Pour déterminer le lien qui pourrait exister entre le risque de contamination par le nouveau coronavirus et le groupe sanguin des personnes malades, les chercheurs ont effectué deux études.

Tout d’abord, ils ont identifié les groupes sanguins de 3.694 personnes saines vivant dans la ville de Wuhan en Chine et qui n’ont pas contracté le virus. Les résultats obtenus ont montré les pourcentages suivants :

• 33,84 % des personnes portaient le groupe O
• 32,16 % avec le groupe A
• 24,90 % avec le groupe B
• 9,10 % avec le groupe AB

Par la suite, la même équipe a relevé les groupes sanguins de 1.775 personnes hospitalisées dans l'hôpital Jinyintan de Wuhan, ayant contracté le Covid-19. Ils ont pu ramener les résultats suivants :

• 37,75 % des personnes malades appartenaient au groupe sanguin A
• 26,42 % avec le groupe B
• 25,80 % avec le groupe O
• 10,03 % avec le groupe AB

Une autre étude effectuée sur 398 personnes hospitalisées dans un autre hôpital de Wuhan et de Shenzhen a montré des résultats similaires.

Les anticorps anti-A ont un effet protecteur

Les études de recherche établies sur le SRAS en 2003, ont déjà conclu que les anticorps anti-A ont un effet protecteur. En 2005, une autre étude a aussi montré que les personnes appartenant au groupe sanguin O sont les moins touchées par maladie. En effet, la présence de l’anticorps anti-A dans le plasma des sujets de groupe O bloque la réaction entre l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) et la protéine de surface du virus. Ainsi, d’après une étude effectuée en 2008 par des chercheurs de l'Inserm, les anticorps anti-A montrent un effet protecteur naturel contre le virus.

En prenant en considération les 4 groupes sanguins, cette équipe a aussi créé un modèle mathématique et a pu conclure que le polymorphisme ABO est susceptible de faire diminuer significativement la diffusion du virus. En effet, dans certaines populations, les personnes appartenant aux groupes sanguins B et O sont plus nombreux et leur plasma est riche en anticorps anti-A.

Toutefois, les pourcentages varient considérablement en fonction des pays. Par exemple, en France, 44 % de la population sont du groupe A, 42 % sont du groupe O, 10 % sont du groupe B et 4 % sont du groupe AB.





Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.