La chirurgie des factures des os

La chirurgie des factures des os

Les différents os constituant le système locomoteur sont vulnérables à tout moment aux fractures. Ces dernières sont, cliniquement parlant, des cassures survenant au niveau d’un ou de plusieurs os à la fois suite à un traumatisme relativement fort comme les chutes, les chocs, les mouvements de torsion brusques etc.

Toutefois, la sévérité d’une fracture varie selon plusieurs facteurs dont notamment l’âge de la personne sujette, la nature de l’os touché et son emplacement, la brutalité du traumatisme origine de la fracture etc.

Ainsi, la prise en charge médicale d’une fracture osseuse commence évidemment par un examen clinique et un bilan de santé de la personne sujette, renforcé, impérativement, par une radiographie permettant de localiser minutieusement l’emplacement de la cassure et ses étendus. Toutes ces informations sont élémentaires pour décider des suites thérapeutiques et ce selon chaque cas.

En effet, il existe différents types de fractures dont nous citons :
- Les fractures spontanées : elles sont dues à la fragilité extrême de l’os, elle-même inhérente à une affection ou maladie telle l’ostéoporose
- Les fractures simples : c’est les cas les plus connus ou l’os se brise suite à un choc et garde son emplacement
- Les fractures ouvertes : ce type de fracture est très agressif étant donne que l’os cassé dévie de son emplacement, traverse la peau et devient apparent. Ces fractures infligent, en ce sens, des douleurs atroces à la personne sujette.
- Les fractures de compression : dans ces cas l’os touché est « écrasé ». Ces fractures sont très dures et extrêmement délicates.
- Les fractures de fatigue : elles sont dues à des petits chocs répétitifs durant une période variable selon l’âge, les activités quotidiennes (pratique de certains sports, certains types de travail etc.) et le degré de vulnérabilité du système locomoteur de la personne sujette.
- Les fractures en bois vert : ces fractures sont les moins sévères, ou l’os n’est pas totalement brisé : une de ses surfaces reste intacte, mais l’autre est touchée par une ou plusieurs fissures.

Ces différentes fractures doivent être prises en charge hâtivement par un orthopédiste ou un traumatologue pour juger de la suite thérapeutique adéquate à chaque cas. En effet certaines fractures peuvent être soignées par simple rééducation fermée permettant de rapprocher les fragments cassés des os, suivie d’une mise en place de plâtre permettant l’immobilisation totale du membre portant l’os touché jusqu’à sa guérison. Cependant, le recours à la chirurgie orthopédique est le seul issu pour certaines fractures jugées sévères par l’orthopédiste. C’est notamment le cas des fractures ouvertes ou l’intervention chirurgicale permet de remettre en place l’os dévié. De même, pour certaines fractures dites fermées (fractures simples, de compression etc. ) l’intervention chirurgicale consiste à relier les fragments des os brisés par des vis et/ou des plaques spéciaux permettant une meilleure fixation des bouts l’un à l’autre. Ce type d’intervention, nommée ostéosynthèse, requiert bien évidemment une hospitalisation de la personne sujette et une rééducation plus ou moins prolongée en postopératoire. Outre la qualité de l’intervention même, la qualité de la rééducation en période postopératoire est très importante pour la guérison totale de la fracture. Le chirurgien orthopédiste décide de la durée de cette période et peut demander le cas échéant l’aide d’un kinésithérapeute pour des séances de massage et d’aide pour la reprise de la mobilité du membre touché.

Il est donc important de suivre les consignes du médecin traitant afin d’éviter toute complication postopératoire, de même et avant l’opération il est aussi primordial de ne pas faire bouger la zone fracturée pour délimiter aux maximum les dégâts de la fracture.


Laissez un commentaire




Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.