Epicondylite : dois-je me faire opérer ?

Epicondylite : dois-je me faire opérer ?

L’épicondylite est une affection chronique du coude qui cause des maux parfois handicapants. La maladie peut toucher les jeunes et les âgés mais son origine est généralement professionnelle. La chirurgie constitue une alternative thérapeutique efficace mais est-elle nécessaire ? Quels sont les autres options en matière de traitement ? Voici quelques éléments de réponse.

Qu’est qu’une épicondylite ?

L’épicondyle est le massif osseux latéral qui relie l’épaule au coude. C’est cette petite bosse au niveau du coude qui se compose, également, d’un groupe musculaire. En pliant et dépliant votre coude lors de votre travail ou pendant les loisirs, vous effectuez des efforts musculaires car les muscles extenseurs se tirent sur l’os en question, à savoir l’épicondyle. Les tendons qui attachent les muscles souffrent aussi de ces tensions surtout lors de mouvements violents ou répétés. Une inflammation peut donc survenir et engendrer des douleurs au coude, on parle alors de l’épicondylite.

Il s’agit donc d’une tendinite affectant le coude et provoquant des maux dus aux lésions des tendons des muscles fixés au niveau de l’épicondyle. La douleur se manifeste lors de l’extension du poignet en raison de la liaison nerveuse entre les parties du bras et de l’avant-bras ainsi que de la main. Les symptômes de cette pathologie englobent les sensations de brulure et les douleurs augmentées à l’effort et qui peuvent provoquer des réveils nocturnes. La maladie touche spécialement les personnes qui pratiquent un sport de raquette, par exemple le tennis. Les individus qui effectuent des mouvements du coude de manière régulière lors de leur travail sont aussi fortement exposés.

Traitement médical ou bien chirurgical ?

L’épicondylite est parfois associée à une irritation nerveuse qui se manifeste par la compression du nerf radial. Ceci provoque des fourmillements, une impression d’instabilité ou de subluxation du coude. Le traitement de l’épicondylite peut être soit médical par le biais des massages et des infiltrations de corticoïdes, ou bien chirurgical à travers une intervention. Généralement, le traitement médical est préconisé tandis que la chirurgie est réservée aux cas poussés ainsi qu’aux formes résistantes.

Le patient sera amené à diminuer ses activités pour laisser place à la cicatrisation des tendons. Il devra également suivre des séances de rééducation et des massages transverses profonds. Le traitement médical dure environ 6 mois. En cas d’échec et persistance de douleur, une intervention chirurgicale est proposée pour faire disparaitre les douleurs. Sans traitement, les douleurs peuvent devenir handicapantes et vous empêcher de faire votre travail de manière correcte.

L’intervention et la reprise d’activité

Le traitement chirurgical de l’épicondylite du coude n’est pratiqué qu’après avoir essayé les autres types de traitements mais sans avoir obtenu de résultat satisfaisant. Une chirurgie devient donc obligatoire pour soulager les douleurs. L’intervention consiste à allonger le muscle abîmé ou le désinsérer et à libérer le nerf en cas d’une éventuelle compression. Votre chirurgien orthopediste tunisie peut donc faire appel à 2 techniques pour soigner votre épicondylite. Il peut soit, allonger le muscle touché, ou bien détacher le muscle en coupant le tendon qui le relie à l’os, ce qui fera disparaitre la douleur. La chirurgie dure environ 15 minutes à 1 heure, selon le cas et les problèmes qui peuvent se poser.

Pour la convalescence, le patient devra porter une attelle pendant les 15 jours qui suivent. Et suivre des séances de physiothérapie. La reprise d’activités quotidiennes peut se faire dès la 3ème semaine. Vous pouvez conduire au bout de 6 semaines et reprendre votre travail après 8 semaines, en fonction de votre profession. Quant au sport, vous ne pouvez le débuter qu’après le 3ème mois.


Laissez un commentaire




Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.