Anatomie et fonctionnement de la hanche

Anatomie et fonctionnement de la hanche

Le système locomoteur est constitué d’os reliés les uns aux autres par des articulations. Ces dernières ont pour mission la facilité du glissement des os et la mobilité du squelette en général.

Parmi ces articulations, la hanche est l’articulation élémentaire de la marche. Reconnue aussi sous le nom de « articulation coxo-fémorale », la hanche relie la tête fémorale ou encore la tête sous forme de sphère du fémur (os de la cuisse) avec la cotyle ou la cavité articulaire du bassin, elle-même en forme hémisphérique.

La hanche est une articulation naturellement stable. Sa stabilité est renforcée par la capsule articulaire et de forts ligaments l’attachant. En outre, et comme présent à chaque articulation, un cartilage d’épaisseur relativement intéressante permet le glissement et le roulement de la tête du fémur dans la cavité du bassin.

Il est aussi important de signaler que la présence du liquide articulaire ou synovial est aussi importante que celle du cartilage quant à la fluidité des mouvements de l’articulation. En effet, ce liquide améliore la souplesse des mouvements de la hanche et nourrit le cartilage.

De plus les hanches sont animées par les muscles les plus puissants du corps notamment les muscles fessiers et ceux des cuisses.

Ainsi, cette articulation s’avère élémentaire pour la marche d’une part et de bien d’autres mouvements du corps notamment le changement de position de la posture en général (position assit, tenue debout et allongée).

La mobilité des hanches se base sur cinq types de mouvements :

- la flexion : est le mouvement de balancement en avant du membre inférieur à différents angles par rapport à l’axe vertical du corps. La flexion active pour une personne normale atteint un maximum de 120 degrés avec genou fléchi et 90 degrés avec genou en extension. La flexion passive atteint 145 degrés avec genou fléchi. Les personnes sportives comme les danseurs et les gymnastes peuvent atteindre des angles plus importants en flexion active et passive.
- L’extension : est le mouvement en sens inverse de la flexion mais a des angles d’écartement plus faible que cette dernière. Bien évidemment les sportifs peuvent aller à des écarts plus importants.
- L’abduction : est le mouvement d’écartement d’un membre inferieur (cuisse et jambe) par rapport à l’axe du corps dans un plan frontal. Cet écartement ne peut être plus de 45 degrés par rapport a l’axe vertical du corps sauf pour les personnes gymnastes et sportives il peut atteindre les 60 degrés. Cependant, et chez certaines personnes entrainées l’abduction peut atteindre 90 degrés a condition d’un léger tournement du bassin pour faciliter l’écartement du membre.
- L’adduction : est le mouvement en sens opposé de l’abduction. C’est entre autre le rapprochement de l’un des membres inferieurs de l’axe du corps sur plan frontal ou encore le rapprochement d’un membre inferieur a l’autre. Cette adduction est dite pure lorsque le membre déplacé dépasse l’autre membre (en avant ou a l’arrière) et atteint un angle maximum de 30 à 40 degrés. ce mouvement requiert simultanément un mouvement de flexion ou d’extension de la hanche.
- La rotation : est un mouvement limité de la hanche est ne dépasse généralement pas les 35 dégrées. Elle peut être interne ou externe et mieux exercée à plat ventre et avec genou fléchi.

De part ces mouvements, la hanche tire son importance pour la mobilité du corps humain et spécifiquement quant à son habitude pour le déplacement et la marche.


Laissez un commentaire




Faites vous appeler gratuitement

Indiquez la date, l'heure et le numéro de téléphone sur lequel vous souhaitez être rappelé.